Bienvenue! Identification Créer un nouveau profil

Advancé

l'ego....

Envoyé par halbouche 
choix du martyre ?
mardi 10 juillet 2007 00:03
"Christiane Singer aspirait-elle secrètement/inconsciemment au martyre ? "

Oui peut-être.

En même temps, martyre n'est pas fanatique ou kamikaze.
Si elle se donne à fond pour une cause intérieure et qu'elle en est martyre, c'est que c'est son akène, son daimon qui est derrière tout cela. Elle accepte sa vie, de suivre sa voix intérieure même si c'est dans la maladie ou la mort.
Elle accepte ce qu'est. Hillman parle qu'avant de mourir le gland de l'akène est devenu l'arbre.
Tout le monde pour moi se réalise d'une certaine façon avant de mourir.

Si elle choisit consciemment ou pas le martyre, il n'y a rien de pathologique.
Rilke ne voulait pas guérir car elle craignait de perdre ses dons...
L'être humain a besoin de sa souffrance qui est quelque part la vie en lui. Le don est un terrible cadeau.

"Nous oublions que le meilleur est compensé par le pire"Jung

Bien à vous,

Alex

"Je suis, j'aime, j'agis, j'unis"

"Oser exprimer ses craintes, en en prenant la responsabilité, c'est construire la confiance dans le couple" J.P Faure

"Mon blog: clidre.skyblog.com"
Re: extrait de "Retour vers la Déesse" de Sylvia Brinton Perera
mardi 10 juillet 2007 00:13
J'ai commandé ce livre, alexandre.("Nous sommes toutes des déesses")
Je le lirai dans quelques jours...on pourra en reparler...


Diane
Re: choix du martyre ?
mardi 10 juillet 2007 00:15
"Elle accepte sa vie, de suivre sa voix intérieure même si c'est dans la maladie ou la mort."


Je le vois aussi comme ça...

Diane



1 modifications. Plus récente: 10/07/2007 01:02 par Diane.
Re: extrait de "Retour vers la Déesse" de Sylvia Brinton Perera
mardi 10 juillet 2007 07:13
salut Diane,

tu parles d'un "Moi-léger porté par le souffle du Soi"... et moi je t'ai dit: "pour ma part, je crois en un Moi équilibré, pacifié, parce qu'il accepte de ne pas être tout-puissant, parce qu'il est à une juste place..." je crois qu'on peut trouver un terrain d'entente ! smiling smiley

je me méfie de l'opposition sectaire entre psychanalyse "freudienne" et psychanlayse "jungienne"... comme le disait si bien Charles Boudouin, il ne s'agit pas d'être pour Jung et contre Freud, mais d'être pour la psychologie, comme il ne s'agit pas d'être pour Einstein et contre Newton mais pour la science...

amitiés,

Soufiane
Re: Force intérieure pas héroïsme
mardi 10 juillet 2007 07:36
"il est bien difficile pour quelqu'un qui a dépassé l'ego (Christiane Singer) d'être comprise par ceux qui n'en sont pas encore là..."

n'y a-t-il pas comme une identification de ta part à Christiane Singer, qui serait à tes yeux comme un bon modèle ? et ceux qui osent le remettre en question t'agacent parce que tu tiendrais à ce modèle idéal de réalisation de soi, d'individuation ? tu vois Diane, ce bon vieux Freud que tu malmènes si souvent, a parlé de l'Idéal du Moi et je me demande dans quelle mesure ce concept freudien peut s'appliquer à ce que tu projettes sur Christiane Singer ?
mon premier cycle psychanalytique m'aura appris entre autres choses à ne plus m'identifier à des modèles idéaux, n'est-ce pas une condition sine qua non pour devenir soi ?

amitiés,

Soufiane
Re: choix du martyre ?
mardi 10 juillet 2007 07:52
salut Alexandre,

je suis sceptique quant à la référence à la théorie de l'akène de Hilman...

si on redescend sur terre... on peut dire simplement que Christiane Singer est un être humain ordinaire qui est morte d'un cancer comme des millions d'autres êtres humains de par le monde, et avant de mourir, elle a tenu un journal pour témoigner de sa manière de vivre cette maladie mortelle... je pense que jusqu'au bout elle s'est accrochée à sa persona d'écrivain qui guide les autres, qui éclairent les autres (elle dit carrément que grâce à sa maladie elle aide plein d'êtres humains autour d'elle à s'ouvrir à l'amour...), mais au fond, je pense qu'elle avait une telle peur de sa propre mort qu'elle l'a magnifiée pour pouvoir supporter ce traumatisme dont personne ne se relève généralement...

alors finalement, je me demande dans quelle mesure sa superbe persona ne compensait pas une âme en grande souffrance ? ce qui n'enlève rien à sa grande intelligence, je le répète...

amitiés,

Soufiane
Savoir ou être ?
mardi 10 juillet 2007 11:09
Une identification à Christiane Singer ? Non...Soufiane.
Ce qu'elle a vécu appelle toute mon admiration...mais je ne m'y risquerai pas...je suis encore jeune !!!!!

Un modèle ? Oui, sans doute, je te l'ai dit, en tant que femmes, on n'a pas tant de modèles féminins que ça ...
Et moi, je crois qu'on a besoin de modèles pour se construire...de modèles qui nous inspirent... pas de modèles à copier consciencieusement et fidèlement...

Je ne m'identifie pas, je ne copie pas mais je m'inspire...oui, qu'y a-t-il de mal à ça ?
Tu ne t'inspires pas de Jung, toi ?

Et puisqu'on en est aux conseils, je vais te dire une dernière chose, Soufiane, je n'ai pas fait de "cycle analytique", ni d'analyse proprement dite, mais je crois avoir pris conscience d'une chose, la plus importante pour moi:
Le SAVOIR en tant que tel ne sert à rien pour se transformer et pour évoluer, ce qui nous transforme et nous fait évoluer, c'est la CONCRETISATION dans nos vies personnelles, dans notre quotidien, dans toutes nos relations, de ce que nous avons appris.
Ce qui compte, c'est ce que nous SOMMES, pas ce que nous SAVONS.

En Alchimie, ça s'appelle "fixer le volatil" et "corporifier l'esprit"...et Jung disait: "Je ne guéris pas par ce que je SAIS, je guéris par ce que je SUIS."

Je te laisse méditer ce dernier point...

Diane



1 modifications. Plus récente: 10/07/2007 11:45 par Diane.
Newton et Einstein, Freud et Jung
mardi 10 juillet 2007 12:26
Ah là là, Soufiane, qu'est-ce que tu me fais dépenser comme salive ! (euh, pardon, comme encre !) :-)

La comparaison avec Newton et Einstein est bonne...

Newton a posé des bases ... et Einstein les a dépassées, élargies...il est allé plus loin, beaucoup plus loin...
Et encore aujourd'hui, même chez les scientifiques, figure-toi, on n'a pas pris totalement la mesure de la "révolution" einsteinienne et quantique...Il y a encore plein de scientifiques, plein de chercheurs qui continuent, cent ans après, à avoir une vision "mécaniste" du monde...une vision newtonienne...
(il voient encore de la "matière", là où l'on sait qu'il n'y a que de l'énergie, des vibrations, des "champs"...).
Je lisais encore un article (de J-M Pelt), sur ce sujet ce matin.

Y'a comme une INERTIE formidable !!! Qui fait que quand un concept est vraiment révolutionnaire, quand il faut changer une vision ancrée depuis des siècles dans l'esprit...eh ben, il faut du temps, beaucoup de temps pour changer cette vision...

J'ai peur que ce soit pareil entre Freud et Jung...
Freud pose des bases...Jung les élargit (à la dimension de l'inconscient collectif)...et les gens (y compris les psychologues...) restent accrochés à la première vision...(l'inconscient personnel et limité)...

Ceci dit, ni Einstein, ni Jung, comprenons-nous bien, n'ont dit le "dernier mot" sur l'affaire...

Les gens qui explorent pour la première fois un domaine sont des éclaireurs, des défricheurs...ils sont formidables, mais ils ne peuvent pas avoir "tout juste" du premier coup !

C'est comme les premiers explorateurs qui découvrirent le continent américain...
Ils crurent être arrivés en ...Inde. Que veux-tu, ils cherchaient à se raccrocher à quelque chose de "connu"...on peut les comprendre...
Ils ont découvert une toute petite portion du continent nouveau et ils en ont tiré des conclusions erronées...
Eh bien, des siècles après, on parle encore d'"indiens"...tu vois comment les premiers concepts, même faux, peuvent rester "ancrés" dans les esprits...et comment les "mots" posés sur une découverte ont du mal à disparaître...

Pour moi, Freud est un défricheur, un explorateur, le découvreur d'un "Nouveau Monde"...mais je n'ai pas envie d'en rester à sa vision, parce que, pour moi, elle est limitée et partiellement fausse, comme la vision des premiers "découvreurs" de l'Amérique était limitée et partiellement fausse...

Est-ce que tu comprends mieux ?

Maintenant, sur Jung, je ne dirais pas que sa vision est "achevée", je ne le pense pas une seconde, d'ailleurs lui-même ne le pensait pas non plus...et c'est ce qui le distingue de Freud, beaucoup plus "borné" sur ce point...

Par exemple, je trouve passionnante la discussion actuelle qui remet en cause la notion d'animus et d'anima...ce sont des questions que je me pose aussi...
Je crois que sur ce point, la vision de Jung demande aussi à être "élargie"...

Diane



2 modifications. Plus récente: 10/07/2007 12:30 par Diane.
Re: Savoir ou être ?
mardi 10 juillet 2007 13:23
Je voulais juste ajouter que , pour moi, la mort est un révélateur...

Au pied du mur, juste avant de "passer de l'autre côté", notre savoir ne sert plus à rien...
Le savoir, c'est une acquisition de l'ego...

Juste avant de mourir, nous sommes face à face avec ce que nous sommes vraiment...
Et je trouve que, face à la mort, Christiane Singer a montré qui elle ETAIT... Ce qu'elle avait dit et écrit toute sa vie, elle l'a INCARNE...
Ce n'était pas que des mots, c'était en elle, c'était elle...

Diane
Re: extrait de "Retour vers la Déesse" de Sylvia Brinton Perera
mardi 10 juillet 2007 14:18
Au fait, Soufiane, ce livre de Silvia Brinton Perera, je n'en trouve trace nulle part...

Le titre exact, ce serait pas plutôt "La déesse retrouvée" ???

Diane
Re: extrait de "Retour vers la Déesse" de Sylvia Brinton Perera
mardi 10 juillet 2007 14:27
Re: extrait de "Retour vers la Déesse" de Sylvia Brinton Perera
mardi 10 juillet 2007 15:05
Oui, Françoise, c'est celui-là auquel je pense...
Ca a l'air très intéressant...tu l'as lu ?

Mais le "Retour vers la déesse", par contre...introuvable.
J'ai l'impression que Soufiane s'est un peu précipité pour écrire le titre...

Diane
Encore Hercule ?
mardi 10 juillet 2007 15:25
Je vois que je n'ai pas répondu à ce message...

Alors, Soufiane, puisqu'on est entre nous, rien qu'entre nous...je vais te dire un secret...
Jure-moi que tu ne le répéteras à personne...je ne voudrais pas que ça s'ébruite...

Oui, je suis Hercule...
Personne ne le sait, ici, mais Hercule, c'est moi...
Les douze travaux, c'est moi qui les ai accomplis...toute seule, à la force de mes p'tits bras...
Si, si, c'est vrai...

J'ai pris un pseudo pour qu'on ne me reconnaisse pas...un pseudo d' fille...comme ça, je suis insoupçonnable...hein qu' c'est bien joué ?

Bon, là faut que j'y aille...parce que je vais être en retard pour rapporter la biche et le sanglier à Eurysthée...pis y rigole pas avec les délais, celui-là...

Et pis après, je vais retrouver mon pote...
Mon pote Napoléon...On a rendez-vous à la gare d'Austerlitz...on s'fait une p'tite bouffe, c'est moi qu'apporte les pommes...

Mais chuuut, tu dis rien, hein ?
Je compte sur toi !

Diane



1 modifications. Plus récente: 10/07/2007 15:43 par Diane.
Re: extrait de "Retour vers la Déesse" de Sylvia Brinton Perera
mardi 10 juillet 2007 15:34
Diane,

J'en ai hâte. Je ne l'ai pas encore terminé. J'ai commencé Aion et j'ai terminé à l'instant Alchimie et imagination active.
Je vais le terminer pour en parler.

Bien à toi,

Alexandre

"Je suis, j'aime, j'agis, j'unis"

"Oser exprimer ses craintes, en en prenant la responsabilité, c'est construire la confiance dans le couple" J.P Faure

"Mon blog: clidre.skyblog.com"
Re: choix du martyre ?
mardi 10 juillet 2007 15:49
Soufiane,

J'ai compris la persona comme l'identification à une fonction sociale donnée. La persona, c'est l'identification à l'éducation, c'est s'identifier à ce qui a été introjecté. C'est un rôle donné par les autres, non choisis, lui faire permet d'acheter l'amour et de se fondre dans le collectif. C'est l'indifférencié : l'autre, c'est moi sans distinction. Dans mon cas, le métier de prof : mes parents sont profs, mon père est content que j'ai choisi comme lui cette voie. J'ai découvert avec l'AT que c'est même qui lui qui a choisi ce métier pour moi (je cherchais un Sauveur et il a trouvé à ma place, moi qui ne savais que faire). Une fois que j'ai changé de métier sans rien lui dire, sans son approbation, j'entends de l'amertume, une tristesse et de l'inconfort de son côté. En même temps, en moi, une libération.
Pour moi, c'est quand je "déplais" notamment dans ma famille, mes proches que je sens que je suis hors du masque.
Je t'invite franchement à lire "Cessez d'être gentil, soyez vrai".
Quelqu'un qui est dans la persona va écrire pour recevoir de la reconnaissance, faire du pognon.
Les élans de créativité et d'expression débordent de Christiane. La persona ne peut accomplir cela.
Le "fais plaisir" de Singer par rapport à son écriture n'est pas nécessairement lié à sa persona.
Pour moi se réaliser se fait dans la relation à soi-même, l'autre et la vie et donc dans une activité qui relie tout cela et qui a du sens pour la personne qui la fait. Se réaliser pour soi tout seul, c'est de l'égo trip.

Il n'y a pas que le SOI pour toucher à l'individuation : la persona a sa fonction, elle n'est pas "mauvaise" tout comme l'ombre et l'anima.
Le chef d'orchestre sans ses musciciens ne sait RIEN faire. Le Soi sans les autres archétypes, fonction est non-sens.
Il y a tout cela :

"<< L'individuation est bien sûr une notion très vaste et très complexe. Mais les images archétypiques qui sont produites au cours de ce processus semblent tourner autour de trois questions essentielles : la question de sa fonction, du lien et du sens.

La question de sa fonction concerne nos origines et notre rôle dans le monde. Cette question gravite autour de la connaissance de soi et du rôle que nous allons occuper dans la grande Histoire. Elle rejoint le complexe du moi et les archétypes de la persona et de l'ombre, soit le masque social et son opposé.

La deuxième question essentielle de l'individuation est celle du lien. c'est à dire avec qui vais-je vivre mon histoire, de qui vais-je m'entourer pour réussir ma quête. Elle nous pousse à nous demander comment composer avec l'Autre, tant à l'extérieur que l'Autre en moi qui est désigné par les archétypes de l'Anima et de l'Animus. Cette question concerne notre rapport aux opposés.

Finalement la question du sens, c'est à dire la cohérence de notre histoire, nous stimule à intégrer en un tout créateur l'ensemble des différents aspects de notre mythe. Cette question correspond à la question de l'archétype du Soi.

Peu importe ce qui nous arrive dans la vie, nous avons à répondre à trois grandes questions. Qui suis-je et que vais-je faire de ma vie? Où suis-je et avec qui? Et finalement pourquoi, dans quel but le faire? [...]>>"

[timeisnear.over-blog.net]

Bien à toi,

Alexandre

"Je suis, j'aime, j'agis, j'unis"

"Oser exprimer ses craintes, en en prenant la responsabilité, c'est construire la confiance dans le couple" J.P Faure

"Mon blog: clidre.skyblog.com"
Re: extrait de "Retour vers la Déesse" de Sylvia Brinton Perera
mardi 10 juillet 2007 16:00
non je ne l'ai pas lu
mais voici ma liste

_Les odyssées du feminin Pierre Solié Ed. Seyverat

-La femme essentielle Pierre Solié Mythanalyse de la grande mère et de ses fils-amants Ed Seghers

_Le langage de la Déesse Marija Gimbutas Ed des femmes

_Le culte de la Déesse mère dans l'histoire des religions E O James Ed Le mail

_La grande Déesse mère Shakrukh Husain prefacé par JY Leloup Ed albin Michel

_les mystères de la femme Esther harding Petite bibliothéque Payot

_Le féminin et l'amour de l'autre France Schott Billmann Ed odile jacob

Tous exhaustif avec une actualisation "moderne" par Schott Billmann
et puis aussi Marie_Louise von Franz...


Françoise



1 modifications. Plus récente: 10/07/2007 18:53 par Françoise.
Re: extrait de "Retour vers la Déesse" de Sylvia Brinton Perera
mardi 10 juillet 2007 18:21
Merci Françoise...

Dans ta liste, j'ai lu "Les mystères de la femme" et c'est tout !
Il me reste de quoi m'occuper pendant les vacances...!

Diane
Re: extrait de "Retour vers la Déesse" de Sylvia Brinton Perera
mardi 10 juillet 2007 20:00
et non Diane ! smiling smiley je ne me suis pas précipité pour écrire le titre ! j'ai le livre sous les yeux, et c'est bien "Retour vers la déesse" aux éditions SEVEYRAT de 1990, c'est sans doute pour cette raison qu'il est épuisé, mais peut-être réédité avec le titre que tu as trouvé.

amitiés,

Soufiane
Re: Newton et Einstein, Freud et Jung
mardi 10 juillet 2007 20:13
oui Diane, élargissons ! smiling smiley et sortons des batailles de clocher, c'est le sens du propos de Baudouin... je savais que tu allais sauter sur la comparaison avec Newton et Jung winking smiley, Baudouin étant évidemment plus "jungien" que "freudien", il y a une pointe d'ironie dans sa comparaison... je retiens surtout cette idée: il faut être POUR la psychologie, et Freud et comme Jung ont beaucoup travaillé POUR la psychologie, là réside leur grand mérite, leur génie.

amitiés

Soufiane
Re: extrait de "Retour vers la Déesse" de Sylvia Brinton Perera
mardi 10 juillet 2007 20:14
Bon, ben si c'est le même, le titre, c'est pas grave... ;-)

Diane
Re: Savoir ou être ?
mardi 10 juillet 2007 20:21
tu la défends très bien en tout cas. Quant à mon savoir, je vais te surprendre sans doute Diane: plus ça va, moins je sais...
Re: Encore Hercule ?
mardi 10 juillet 2007 20:22
Re: Newton et Einstein, Freud et Jung
mardi 10 juillet 2007 20:41
Je ne suis pas pour les batailles de clocher...Soufiane.

Un de mes livres préférés en ce moment, c'est "Les renoncements nécessaires" de Judith Viorst et elle se réfère à Freud...pas du tout à Jung.

Je ne suis donc pas pour les batailles de clocher, et d'habitude je vois plutôt les choses en terme de complémentarité, mais je ne suis pas non plus pour dire que tout est équivalent...et que Freud et Jung se valent...

Excuse-moi, mais ta réponse est un peu courte: dire qu'on est POUR la psychologie...ça ne veut rien dire du tout !

Si un de tes élèves te dit: moi, m'sieur, je r'tiens surtout cette idée: Platon et Kant, euh, ils étaient tous les deux POUR la philosophie...

J'sais pas, mais moi, à une réponse comme ça...je mets pas 20/20 !!!

Diane
Re: Newton et Einstein, Freud et Jung
mardi 10 juillet 2007 22:01
lire Platon ET Kant parce qu'on est POUR la philosophie est une attitude juste à mon sens.

où veux-tu en venir au juste Diane ?
Re: Newton et Einstein, Freud et Jung
mardi 10 juillet 2007 22:23
Etre "pour" la psychologie...ou "pour" la philosophie...!!!
Non, mais, Soufiane, ce sont des réponses qui sont indignes de ton intelligence !

Je veux en venir au fait que j'ai l'impression, Soufiane, que quand tu es face à quelqu'un qui remet en cause une de tes idées reçues (que ce soit sur l'anima, sur Freud...ou sur autre chose), tu te défiles...

Pffffttt, y'a plus personne...
Pol te l'avait déjà fait remarquer...

Est-ce que tu t'en rends compte ?

Diane
Re: Newton et Einstein, Freud et Jung
mardi 10 juillet 2007 22:41
il me semblait bien qu'il y avait cette anguille sous roche c'est le cas de le dire ! voilà que tu es dans le bras de fer avec moi en te comparant à Pol en plus... à ce niveau de discussion, il vaut mieux lâcher prise. Libre à toi de percevoir cette attitude comme de la lâcheté, comme Pol...
Re: Newton et Einstein, Freud et Jung
mardi 10 juillet 2007 23:02
Re: Encore Hercule ?
mercredi 11 juillet 2007 11:40
le chemin unitaire ....
dimanche 15 juillet 2007 19:36
Et si, finalement, c'etait là l'ultime et unique confrontation de l'homme? La vie et la mort sont dans les mains de ce que j'appellerai l'Unité Absolue;Le createur a tout de même donné l'ordre à sa creature de choisir la vie.La mort demeure l'enigme des origines."Au delà de l'antinomie vie-mort, il y a une unité qui fonde leur dialectique et leur mystère"ecrit Eliane Levy-Valensi
Ainsi, la soufrance de l'ego et l'ecartelement dans lequel il se meut ce qui est et restera conflictuel serait la necessité angoissante de choisir la vie , la confusion entre eros thanatos.

*** relis ce qu’a dit françoise et que je remercie et salue fortement ……!

bonsoir Soufiane

personnellement, j'ai quelques doutes aujourd'hui par rapport à l'exaltation mystique de Christiane Singer mourante, mais son témoignage est émouvant certes.

****Non mon cher frere il n’ya pas de doute , c’est le cri du guerrier qui nous demande d’avancer dans le champ de bataille et ne jamais s’avouer vaincu…..c’est notre vrai raison de vivre …..


grâce à son dernier livre, elle continue à exister parmi les vivants, comme ici sur ce forum...

**** et elle existera toujours avec nous et parmi nous parce qu’elle a un tampon a celui qui le contamine ne retrouvera jamais sa paix ……il est voué a aller vers cette meme voie royale, salvatrice…..


j’ai connu c.singer qu’a travers merelle et les citations …je n’ ai jamais lu aucun bouquin d’elle ….

Mais celui qui touche a cet amour universel c’est-a-dire entrer par sa propre grotte comprendra les autres dans tout leur splendeur….il parviendra a exprimer le moindre sentiment ….. tout les etres humains de la terre qu’il soit homme ou femme sont monté sur une meme piece , une même matrice…..

Connais toi toi meme et tu connaitras tous les etres de l’univers et tout ce qu’elle porte en son sein ….

Je te passe ce commentaire ecrit par moi qui veut tout dire et qui exprime mes reelles sentiments envers elle….
Je n’ai toujours pas de temps pour me concentrer soufiane j’aimerai dicuter longuement avec toi sur le sujet

Porte toi bien et que l’amour sera ta force ….

Bien frat !

A+h






le feu sacré ...

halbouche

24/04/2007 à 14:42:27


Par ailleurs, nous sommes appelés bien sûr à faire acte de culture, c'est-à-dire à transmuer cette énergie sauvage, à la dompter, à la rendre bénéfique pour la communauté humaine.

[www.humains-associes.org]

citations aussi des hommes qui ont porté le meme feu sacré que C.Singer...

paix pour leur âmes...

[www.merelle.net]

Juin 2004

La passion est destructrice parce que je tente de la retenir, d'en faire ma chose, ma propriété.
Or, je souffrirai jusqu'à en mourir - et beaucoup savent que ces mots ne sont pas exagérés - jusqu'à l'instant où je "passerai au travers". Le sens de la souffrance, c'est de traverser.

Nous vivons dans une époque tellement poltronne qui nous protège, qui nous apprend surtout à ne pas souffrir, à rester en surface, à ne pas entrer dans les choses. Tout est superficiel.

Or "il n'est pas de petites portes, il n'est que de petits frappeurs". La passion nous offre une chance de traverser le mur des apparences.

[…] Alors seulement commence la responsabilité envers le monde, quand on s'aperçoit combien de choses on fait souffrir de sa souffrance, combien de choses et de gens et d'êtres étouffent de notre étouffement, de notre ressentiment, de notre haine, que de choses sont prises dans le réseau de nos désespoirs, que de choses nous entraînons dans nos dépressions, combien de plantes meurent autour de nous dans notre appartement, combien de morts entraînent nos dépressions.

[…] rester en contact avec la profondeur, se pencher sur ce qui m'habite, sur ce silence des entrailles. Quelque chose en moi sait que rien ne peut m'arriver, que rien ne peut me détruire. C'est ce noyau infracassable en nous, ce noyau infracassable du divin en chacun de nous. Alors la peur cesse et quand la peur cesse, il y a un drôle de morceau en moins d'horreur sur la Terre!

Christiane Singer, extrait de Terre du ciel,

[www.humains-associes.org]

Décembre 2002

Quand je porte sur l'autre un regard amoureux, je lui révèle sa nature profonde, je le rappelle à son identité véritable. Comme il est dit dans le chant d'Hakuin : " Tu erres parmi les mendiants sans te souvenir de qui tu es. " Le regard de celui qui m'aime, ce regard qui voit en moi ce que je suis dans ma profondeur me place dans ma royauté, me remet dans la lumière originelle.

On dit souvent de l'amour qu'il est aveugle, il est visionnaire. Il voit ce que les autres ne voient pas. Il voit derrière les apparences, derrière toutes ces protections que je me suis constituées pour protéger mon cœur. Pendant toute la vie, je suis menacée de toutes parts, par mes éducateurs, et tous ceux qui veulent m'imposer leurs vues. Je me protège toute une vie durant. Mais le regard qui m'aime fait fondre toutes les carapaces dans lesquelles je me suis cachée autrefois pour survivre.

Et pour finir, l'amour est là, bien sûr, pour nous révéler que " Dieu n'est nulle part ailleurs que partout ", que dans chaque être qui me rencontre sur cette terre, dans chaque regard qui me croise. L'amour est là pour nous dire : dans chacun des êtres que je rencontre, je Te rencontre. Cette expérience de l'amour et de la passion dans nos existences, Maître Eckhart la décrit quand il fait dire à Dieu : " Il n'y a pas de place pour deux en toi, je ne peux entrer que si tu sors. ". C'est ce que nous ressentons dans une passion quand nous sommes évidés comme un tronc d'arbre par la foudre, quand il ne reste plus rien en nous que ce vide béant et vibrant. La présence de l'autre. Cette expérience absolue du sacré. Cette expérience mystique - puisque la rencontre de l'homme et de la femme est de la même nature que la rencontre de l'âme et de Dieu.


Christiane Singer, Du bon usage des crises

Mai 2002

J'ai gagné la certitude, en cours de route, que les catastrophes sont là pour nous éviter le pire. Et le pire, comment pourrais-je exprimer ce qu'est le pire ? Le pire, c'est bel et bien d'avoir traversé la vie sans naufrages, d'être resté à la surface des choses, d'avoir dansé au bal des ombres, d'avoir pataugé dans ce marécage des on-dit, des appa-rences, de n'avoir jamais été précipité dans une autre dimension. Les crises, dans la société où nous vivons, sont vraiment ce qu'on a encore trouvé de mieux, à défaut de maître, quand on n'en a pas à portée de la main, pour entrer dans l'autre dimension. Dans notre société, toute l'ambition, toute la concentration est de nous détourner, de détourner notre attention de tout ce qui est important. Un système de fils barbelés, d'interdits pour ne pas avoir accès à notre profondeur.

C'est une immense conspiration, la plus gigantesque conspiration d'une civilisation contre l'âme, contre l'esprit. Dans une société où tout est barré, où les chemins ne sont pas indiqués pour entrer dans la profondeur, il n 'y a que la crise pour pouvoir briser ces murs autour de nous. La crise, qui sert en quelque sorte de bélier pour enfoncer les portes de ces forteresses où nous nous tenons murés, avec tout l'arsenal de notre personnalité, tout ce que nous croyons être.

Christiane Singer, Du bon usage des crises


bonsoir Promenade et tous le monde !

oui , pour moi C.Singer est un messie qui est venue sauver la condition humaine et c'est une tres grande perte pour celle ci!esperons que beaucoup de gens ont recu son message d'amour et qui seront contaminé pour reprendre le flambeau !!!

C.Singer et comme beaucoup d'autres qui oeuvrent dans la voie, dans le salut de l'humanité ....ce sont des philanthropes averés qui travaillent dans les eaux profondes pour liberer les cheveux de la belle bergere d'en dessous de l'ogre sans le reveiller pour ne pas irriter son courroux ....je ne sais pas si vous connaissez cete histoire ou la belle, prisonniere.... et que ses amis sont les fourmis ? ....

c'est ainsi que c.singer nous invite a la patience, a cette medecine psychique positive et de faire connaissance de ce qui se trouve au déla de l'homme....sans reveiller en lui ses vieux ou nouveaux demons ..... en etant maitre de soi!!et etant aussi un regulateur a volonte a elever ou a diminuer la tension ou a la supprimer completement .....

pour moi C.Singer est toujours vivante tant que je suis vivant je la porte en moi du moment que nos routes se croisent dans ce noyau infracassable du divin ....

heureux celui qui parvient a atteindre ce noyau ! il est parvenu a changer lui meme .....et dans ce changement se trouve tous les inspirateurs anciens et nouveaux dans/de cette voie .....

il me semble que pour reussir c'est de prendre cette attitude de job qui etait soumis totalement a dieu ou satan a fait tout son possible pour le voir blasphemer contre lui! et celui là connaissant la valeur de dieu et ne pouvait le faire.... en supportant le sacrifice qui lui a ete infligé et remercie encore davantage le divin ....

je dirai encore un autre mot : pourquoi les prophetes ont ete envoyé a leur peuple ...c'est dans l'idée de les guerir de leur maux...ne pas leur en vouloir , de ne pas les juger mais afin de les sauver ......si les prophetes etaient comme nous ils ne pouvaient transmettre leur message de guerison , de paix et de prosperité.....

a mon avis les hommes conscients et gueris doivent prendre cette atittude pour aider les autres sur eux- memes .....tel etait la mission de c.singer et de beaucoup d'autres qui font ça au nom de l'humanité , au nom de l'autre, de son amour qui savent et qui est immensement grand.....

cette femme je l'aime beaucoup et je l'ai connu qu'a travers qq.citations dans ce site merelle! "mere des lumieres"

dont elle m'a contaminé de ce feu sacré du divin et que je ne peux oublier ...

pour moi elle est bien vivante et elle ne peut etre effacer de ma memoire ....esperons que ceux qui l'ont connu auront une pensée pour elle et travaille dans ce meme cheminement .....pour l'elevation de la condition humaine qui porte et souffre de toutes nos identités ou personne ne semble ne s'en rende compte....

MERCI a toi cher ami d'avoir ravivé ce feu et de toutes tes informations .....j'avais entendu qu"elle etait malade par une intevenante et voila ce que je viens d'entendre par toi !ça m'a donné un vrai coup! mais puisque c'est la volonté de Dieu !!

comme dit une expression de chez nous : "nous lui appartenons et a lui nous revenons ...."

mon dieu fasse que sa lumiere a pris sa place dans la condition humaine et ceux qui l'ont senti puisse prendre la releve ....

bien fraternellement a toutes et a tous


A+h



[forums.psychologies.com]
philosophes debout
dimanche 15 juillet 2007 20:22
Prélude à une philosophie en acte pour des philosophes debout


Comment pourrait-il y avoir une méthode, un système pour atteindre à ce qui est la vie-même ? Pour ce qui est immobile, fixé, mort, il existe une voie d'accès, un chemin tracé ; il n'y a rien pour parvenir à la vie. Ne commence pas par réduire la réalité à un paysage gelé pour pouvoir, ensuite, prétendre en trouver le chemin.
Bruce lee, tao du jeet kune do.


[www.lesperipheriques.org]

[autocoaching.over-blog.com]

[www.google.fr]

[www.google.fr]

je ne sais pas et je me suis inspiré ce titre pour toi et que je n'ai pas tout lu .....




re bonsoir

il me semble que tu n'as pas lu le dernier livre de Christiane Singer si je t'ai bien lu, alors comment peux-tu être aussi affirmatif quant à son expérience ? personnellement, je mets quelques bémols à son témoignage, certes émouvant, mais humain surtout...

*****je suis tres sensible j’ai vecu toutes les souffrances du monde comme un agneau qui recois des coups et qui ne dit rien …..comme jesus qui dit : donnez leur votre joue gauche et dites lui merci….et je vis encore cet etat…. je ne suis pas libre !….voilà pourquoi je sens chritiane singer ! chaque ligne reveille des sentiments profond en moi ….je marche dans les memes braises qu’elle, parce qu’on est touché du meme pur sentiment humain. comme tu l’a dit toi meme : « tout ce qui est humain ne m’est pas étranger ».

avec ma compagne qui a lu le livre aussi, on se demandait récemment si ce récit plein d'émotions n'était pas une façon de "négocier" avec la mort inévitable, une façon d' "embellir" ce qui n'est précisément pas beau ? nous en sommes au questionnement Halbouche, pas à l'affirmation péremptoire comme toi, par rapport à cette exépérience très douloureuse d'une agonie causée par un cancer... ma compagne est infirmière, elle en a entendu des mourants hurler leur doulour, gémir dans leur lit de souffrance...


***la mort et le lot de chacun….ou chacun est responsable de sa propre mort ….et personne ne meurt a la place de l’autre et on ne sait pas a quel moment ça nous prendra……..

la mort et l’ultime defi posé a chacun et on est libre d’y penser ou pas …..francoise a bien defini ce sujet…..

mon cher frere Soufiane je ne suis plus au questionnement car il me semble a moi , j’ai depassé ce stade….comme disait la lettre de jamie ou jung s’exprimait pour ceux qui veulent etre des aventuriers, de pouvoir connaître l’ame et la guerir ….si je trouve le temps je te l’envoyerai.

Voici un autre commmentaire toujours sur C.Singer

Je te prie de le lire en entier

Bien frat !

A+h





« L’homme est un tout »

Merci mon cher ami-e !! Tiens bien a ce flambeau allumé qui réchauffe le cœur de tous ce qui est humain…. et qui est capable de ressusciter les morts de leur tombes ….
c’est là ou se trouve la joie réelle de la vraie vie, le feu sacré ou le noyau infracassable du divin comme le disait si bien C.Singer. Paix a son âme et a tous les morts de l’univers.

Elle était aussi contre cet ennemi qu’est « l’indifférence » qui met fin a toutes relations humaine ….ou communications humaines … ou allons nous si cette indifférence prend de l’ampleur…. Comment peut-on nous apprécier et nous aimer et quoi aimer si ce n’est cette condition humaine dont nous faisons tous partie et qu’on est tous de la même famille …..



[forums.psychologies.com]
Désolé, seuls les utilisateurs enregistrés peuvent publier dans ce forum.

Cliquer ici pour s'identifier